Espace clients

Diagnostic gaz

diagnostic immobilier Diagnostic de l'installation de gaz

 

Des défaillances au niveau de l’installation de gaz d’une habitation peuvent conduire à de multiples accidents pouvant entraîner la mort de ses occupants, parmi lesquels explosions, incendies et intoxications.

 

diagnostic de l’installation de gaz est requis en amont de la mise en vente d’un bien, lorsque celle-ci est âgée de plus quinze ans. Ce diagnostic gaz est aussi exigé pour les locations dès le 1er juillet 2017 pour un bien en immeuble dont le permis de construire date d’avant 1975, à partir de janvier 2018 pour les autres logements. Les futurs occupants du logement disposent ainsi d’une information fiable quant à l’état de l’installation de gaz et aux éventuelles précautions à prendre en conséquence de cet état.

 

Ce contrôle est réalisé par un diagnostiqueur immobilier certifié et porte sur la totalité de l’installation de gaz : état et fonctionnement du système, des dispositifs de sécurité, et des locaux accueillant l’installation.

 

Diagnostic Gaz : parution de la nouvelle norme NF P45-500

 

2

 

Un Arrêté paru au Journal Officiel du 19 décembre 2013 porte reconnaissance de la nouvelle norme NF P45-500 qui définit les modalités de la réalisation des diagnostics Gaz.


Cet arrêté prend en compte la nouvelle version de la norme française qui définit le contenu, la méthodologie et les modalités de réalisation du diagnostic de sécurité des installations intérieures de gaz à usage domestique réalisé à l'occasion de la vente d'un bien immobilier à usage d'habitation (application de l'arrêté du 24 août 2010 modifiant l'arrêté du 6 avril 2007 définissant le modèle et la méthode de réalisation de l'état de l'installation intérieure de gaz). Il est applicable à compter du 1er janvier 2014.

 


La nouvelle norme NF P45-500 vient apporter des modifications minimes dans le protocole de réalisation du diagnostic Gaz, obligatoire depuis le 1er novembre 2007 lors de la vente d'un logement si l'installation a plus de 15 ans.


Parmi les principaux changements qu'impose cette nouvelle norme, on peut noter l’abaissement du taux de CO de 25 à 20ppm pour les appareils raccordés. Jusqu'à présent, lors du contrôle de l’hygiène de l’atmosphère à proximité d'un appareil gaz raccordé (c'est-à-dire raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion vers l'extérieur du local dans lequel il est installé), le taux de monoxyde de carbone devait être inférieur à 25 ppm (parties par million). Désormais, la nouvelle norme impose que la mesure à proximité de l'appareil soit inférieure à 20 ppm (soit 23 mg/m3).


Rappelons que si la valeur mesurée par le diagnostiqueur est supérieure à ce seuil, ce dernier indique dans son rapport une anomalie de type DGI (Danger Grave et Immédiat), le plus grave degré d'anomalie et le propriétaire a l'obligation de faire réaliser des travaux. Dans le cas où la valeur mesurée est supérieure à 50 ppm, l'appareil est mis hors service par le diagnostiqueur et doit être examiné au plus tôt par une personne compétente (installateur ou SAV) avant toute remise en fonction.


En ce qui concerne le contrôle du Dispositif de Sécurité Collectif pour les VMC Gaz, un système qui permet d'évacuer les gaz de combustion de la chaudière avec l'air vicié du logement, il faudra vérifier la présence du Dispositif de Sécurité Collectif (DSC) qui met à l'arrêt toutes les chaudières du bâtiment dans le cas d'un défaut de fonctionnement de la VMC. Dans le cas contraire, les produits de combustion ne seraient plus évacués normalement et il existerait un risque d'intoxication au monoxyde de carbone pour les habitants. Par ailleurs, l'appareil ne doit pas être relié à une prise électrique standard, mais à une « prise four ».


L'ensemble des diagnostics gaz, devront être établis conformément à la nouvelle norme à partir du 1er janvier 2014. Les diagnostics réalisés avant cette date conserveront néanmoins leur validité de 3 ans à la date de leur réalisation : il n'y a donc aucune obligation à faire refaire son diagnostic Gaz.


Source : Arrêté du 18 novembre 2013 portant reconnaissance de la norme NF P45-500 en application des dispositions de l'article 1er de l'arrêté du 6 avril 2007 modifié définissant le modèle et la méthode de réalisation de l'état de l'installation intérieure de gaz (JORF n°0294 du 19 décembre 2013 page 20629 - texte n° 25)

 

 

Frais de chauffage : l’hiver est là, quelques astuces pour réduire sa facture

CaptureCrédit photo : www.ista.fr

 

Avec le froid qui s’installe, les Français veulent se chauffer mais restent très attentifs à leur budget. Il existe des solutions pour réduire sa facture de chauffage jusqu'à 130 € chaque année. Voici quelques conseils suggérés par le groupe Ista.


Un répartiteur de frais de chauffage et un robinet thermostatique permettent à chacun non seulement de payer selon sa consommation réelle mais aussi de réaliser, en moyenne, 20% d’économies financières sur sa facture.


Si l’on prend l’exemple d’un logement, en habitat collectif, de 3 pièces, de 67 m2*, occupé par 4 personnes avec une facture annuelle de chauffage de 900€**, il est possible de réaliser une économie de 20% sur sa facture soit 180€ (auxquels on soustrait les 50 € des frais d’entretien annuels du répartiteur et du robinet thermostatique) donc au final on obtiendra une économie de 130€ par an.


Par ailleurs, il existe des bons gestes à adopter au quotidien pour réduire la facture de chauffage :


-Respecter les températures recommandées

  • 1°C de moins = 7% en moins sur la facture de chauffage

  • 19°C : la température moyenne d’un appartement

  • En cas d’absence de plusieurs heures (travail, sortie…), baisser la température de 2°C


-Aérer les pièces en ouvrant les fenêtres en grand

  • 5 minutes l’hiver suffisent pour renouveler l’air de la pièce sans refroidir les murs.

  • Quand le chauffage est allumé, ne pas basculer les fenêtres ou les laisser entrouvertes


-Fermer les radiateurs avant d’ouvrir les fenêtres

  • Tirer les rideaux et fermer les volets la nuit

  • Adapter ses vêtements et passer un pull plutôt que de monter le chauffage !


« En tant qu’acteur de la maîtrise des consommations énergétiques en habitat collectif, nous observons les comportements des consommateurs et sommes sensibles à leurs préoccupations budgétaires, particulièrement à l’heure actuelle. Réaliser des économies sans altérer son confort, c’est tout à fait possible. Avec des solutions simples et rapides à mettre en œuvre »commente Laurent Sireix, Président d’Ista France.


*Source : moyenne Insee d’un logement français

**Source : décomposition de la facture énergétique d’un logement en habitat collectif - Ista France - 2013


Source : www.ista.fr

Diagnostic immobilier Vesoul

Préfecture de la Haute-Saône, la ville de Vesoul dispose d’une architecture typique, héritée de son histoire riche, et s’enracinant bien avant l’antiquité. Pour un prix moyen de 1125 euros au m² pour un appartement, et 1258 euros pour une maison, chacun peut trouver sa place dans ce pôle urbain tranquille et accueillant.


Diagnostic immobilier proche de Vesoul